Rechercher dans ce blog

dimanche 17 décembre 2017

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

La modeste commune de Gelvécourt-et-Adompt dispose tout de même d'un
petit patrimoine digne d'intérêt avec le manoir présenté précédemment (à voir ici)
et l'église paroissiale dédiée à Saint-Martin remontant au XIIe siècle.

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

Construite à la fin de l'époque romane, l'église d'Adompt conserve de cette époque la base du
clocher et la nef ; le chevet a été reconstruit en style gothique au début du XVIe siècle.

Le Chapitre de Remiremont nommait alors à la cure ; et la dîme était répartie entre
les chanoinesses et l'officiant.

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

De l'église d'Adompt relevaient celles de Ligniville, Gelvécourt, Bainville-aux-Saules et Begnécourt.

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

Sur les trois quart de sa hauteur, le clocher carré date du XIIe siècle ;
au XIXe siècle, l'étage campanaire a été restitué avec des baies
néo-romanes triples à colonnettes en forme de tau.

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt
Clocher - Étage campanaire restitué

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

Le chevet gothique à pans coupés, contreforts et fenêtres en arc semi-brisés
à remplages composés de deux lancettes trilobées surmontées
de gouttes, mouchettes et écoinçons.

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt

Les murs nord et sud de la nef sont pourvus de baies en plein cintre romanes.


GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt
L'une des baies romanes en plein cintre ébrasée

GELVECOURT-ET-ADOMPT (88) - Eglise Saint-Martin d'Adompt
Portail gothique à arcs en accolade encadrant un linteau à trilobe et
écu affichant deux clefs entrecroisées

 L'église étant fermée lors de mon passage, je n'ai pu accéder à l'intérieur ;
ce n'est que partie remise !

_____________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

mercredi 13 décembre 2017

A LIRE : "Une lueur d'espoir Tomes 1 et 2" par Jean-Luc Quémard

Par l'intermédiaire de sa maison d'édition, 7 écrit, Jean-Luc Quémard vient de me faire parvenir
gracieusement les deux volumes d'un roman historique se passant pendant la Grande Guerre
et dont le personnage principal est largement inspiré de son propre grand-père,
Louis, mobilisé dès le mois d’août 1914.

A LIRE : "Une lueur d'espoir Tome 1 et 2" par Jean-Luc Quémard

Dans ces deux ouvrages, Jean-Luc Quémard retrace le parcours d’un jeune paysan lorrain qui
va connaître les horreurs de la guerre pendant trois ans. Pour tenir le coup, il entretien
une relation amoureuse avec Maria, sa marraine de guerre.

 En compagnie de ses amis, il va aussi affronter l’âpreté des combats,  se terrer dans les
tranchées mais également se reposer de temps à autre en buvant du pinard...
L’auteur complète son propos en ajoutant des notes de bas de pages fort utiles pour une
meilleure compréhension des détails historiques : les traditions des « bataillons de
chasseurs », la création des institutions de marraines de guerre...


Pour vous procurer ces deux volumes, il suffit de cliquer sur l'image ci-dessous !

http://www.quemardjeanluc.fr/les-livres_fr.html

 ____________________

 Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

lundi 11 décembre 2017

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

A Metz, le Musée de la Cour d'Or conserve des collections dignes des plus grands musées !

On y trouve notamment un plafond peint de figures héraldiques à la détrempe sur chêne
et résineux datant du XIVe siècle.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

La découverte de ce plafond peint remonte au 6 mars 1968, date à laquelle des
travaux d'agrandissement furent effectués dans les locaux du journal le
"Républicain Lorrain", situés à Metz, au 12 rue des Clercs.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

Les poutres sont ornées de figures héraldiques rappelant les affinités politiques de la famille
occupant jadis les lieux. Cet ensemble de 66 m² décorait jadis une salle d'apparat.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

Parmi les symboles héraldiques, on remarque la présence de ceux du Saint Empire Romain
Germanique, des royaumes de France, d'Angleterre, de Bohême et de Hongrie
ainsi que des papes Clément VII et Urbain V.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

Les poutres sont aussi peintes des blasons des princes-électeurs du Saint Empire, de quelques
évêques et grands feudataires de la région (fidèles au pape Clément VII) exceptés ceux de Metz.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

Enfin, les armoiries de seigneurs et des ducs de Lorraine, de Luxembourg, de Bourgogne et de
Bretagne, ainsi que celles des comtes de Salm, de Sarrebruck, de Sarrewerden et de
Vaudémont décorent également les poutres de ce plafond médiéval d'exception.

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)

METZ (57) - Musée de la Cour d'Or : Plafond armorié du Républicain Lorrain (XIVe siècle)
 _____________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

dimanche 10 décembre 2017

NANCY (54) - Musée de l'Ecole de Nancy : Vase Adiante (1900)

Le Musée de l’École de Nancy conserve une exceptionnelle collection de vases signés Émile Gallé !

Celui présenté ici a été réalisé vers 1900 et s'appelle le Vase Adiante.

NANCY (54) - Musée de l'Ecole de Nancy : Vase Adiante (1900)

Façonné dans du verre double couche et gravé de motifs végétaux,  ce vase a été
légué par Jean-Baptiste Eugène Corbin en 1935.

NANCY (54) - Musée de l'Ecole de Nancy : Vase Adiante (1900)

NANCY (54) - Musée de l'Ecole de Nancy : Vase Adiante (1900)

On reconnait bien le ginkgo biloba, à la forme caractéristique de ses feuilles
fendues en deux lobes. La signature d’Émile Gallé se trouve en bas.

NANCY (54) - Musée de l'Ecole de Nancy : Vase Adiante (1900)

 _____________________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

vendredi 8 décembre 2017

A LIRE : "En marchant sur les traces des Poilus" de Jean-Luc Quémard

Jean-Luc Quémard, écrivain et animateur de randonnées pédestres sur les champs
de batailles de Verdun, vient de me faire parvenir gracieusement un
de ses ouvrages  "En marchant sur les traces des Poilus"

A LIRE : "En marchant sur les traces des Poilus" de Jean-Luc Quémard

De Verdun aux Eparges, en passant par le "Saillant" de Saint-Mihiel et le Mort-Homme,
l'auteur nous invite à visiter ces lieux historiques à travers 17 circuits de
randonnée. Ce livre propose ainsi des cartes IGN, des historiques...

Un livre fort intéressant pour ceux qui souhaitent allier histoire, patrimoine et randonnée.

Retrouvez Jean-Luc Quémard sur son site internet en cliquant sur sa photo

http://www.quemardjeanluc.fr/
______________________


Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés

jeudi 7 décembre 2017

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Beauvau-Craon (XVIIIe siècle)

Le long de la Place Carrière, un ensemble de demeures particulières du XVIIIe siècle
ont été aménagées ; l'Hôtel de Beauvau-Craon figure parmi l'un des plus beaux.

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

Cet hôtel particulier élevé au début du XVIIIe siècle par l'architecte du duc de Lorraine Léopold Ier,
Germain Boffrand, a été offert à Marc de Beauvau-Craon, époux de la favorite du duc.

L'Hôtel de Beauvau-Craon est le seul bâtiment du XVIIIe siècle sur cette place ayant été
conservé été conservé par l'architecte de Stanislas, Emmanuel Héré.

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
La façade s'élève sur trois niveaux : un rez-de-chaussée à cinq grandes fenêtres et un portail
d'entrée ; un premier niveau avec six grandes fenêtres en plein cintre et balcon à ferronnerie partiellement dorée et aux initiales des Craon ; et enfin un second niveau avec des baies
plus petites et à arc surbaissé. Des pilastres à chapiteaux d'inspiration
corinthienne ornent aussi la façade en séparant les ouvertures
NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Chapiteau de la façade d'inspiration corinthienne

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Détails de la décoration de l'arc en plein d'une des fenêtres de la façade ;
on y reconnaît la peau du Lion de Némée et des trophées d'armes

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Détails de la décoration de l'arc en plein d'une des fenêtres de la façade ; on y découvre
encore la peau du Lion de Némée et la tête d'un bélier, Chrysomallos,
 dont la Toison d'Or devient la quête de Jason et les Argonautes

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Détails de la ferronnerie du balcon avec les initiales C entrelacées rappelant la famille de Craon

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Portail d'entrée en plein cintre avec ses deux battants en bois et son tympan
orné de la déesse de la Justice

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Justicia, la déesse de la Justice figurée sur un nuage tenant de la main droite la balance
et de la main gauche l'épée

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)
Heurtoir de porte

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

Les corbeaux soutenant le balcon de la façade sont gravés de têtes humaines (1 femme
et 5 hommes) dans le style de ceux de la Place Stanislas ; mais ils sont
antérieurs à ces derniers car réalisés avant.

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

NANCY (54) - Place Carrière : Hôtel de Craon (XVIIIe siècle)

______________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2017 © Tous droits réservés